Visites
Autour de Lyon

Retrouvez ici toutes les visites
autour de Lyon

À quelques pas de Lyon, des sites méritent que nous nous y attardions…

La ville occupe une situation géographique privilégiée pour sillonner la région au sein de laquelle se marient paysages et terroirs, sites culturels et historiques. Autant de lieux qui séduiront ceux en quête de nouvelles idées !

Une balade au cœur d’un village des Monts-d’Or, de la halle de Crémieu à la maison dite de l’Italien de Villefranche-sur-Saône, de la cité historique de Pérouges aux Gratte-Ciel de Villeurbanne, le territoire autour de Lyon associe étroitement art et histoire.

« L’art de vivre du passé n’a d’égal que la diversité de l’offre culturelle contemporaine. »

La visite est un prétexte à partir en excursion à travers notre territoire afin de le (re)découvrir. Pour ce faire, des itinéraires variés vous offrent l’opportunité de le parcourir et de l’apprécier.

N‘hésitez pas à me faire part de vos idées ou envies, je m’emploierai à les rendre possibles.

Départ : Place des Arts
Durée de visite : ≈ 2 heures

Villefranche-sur-Saône, capitale du Beaujolais

Villefranche-sur-Saône est de création relativement récente par rapport à ses voisines – Lyon et Mâcon. Ce n’est «que» vers le milieu du 12e siècle que le seigneur de Beaujeu, Humbert III, décide de créer une ville à partir d’une tour de péage.

Derrière les façades commerçantes de la rue Nationale, vous allez être surpris de découvrir un patrimoine caché. De belles maisons sont reconstruites par des officiers royaux durant les 16e, 17e et 18e siècles. Cependant, elles restent toujours conformes à la disposition traditionnelle dictée par un parcellaire ancien à la fois étroit et allongé. Le corps de bâtiment situé le long de la rue Nationale est séparé par une cour intérieure d’un second corps de bâtiment. Ces cours intérieures sont le lieu d’expression et de représentation de la richesse des propriétaires. Elles sont, pour certaines, magnifiquement restaurées, et témoignent de la prospérité de la ville à l’époque Renaissance et de la volonté actuelle de promouvoir le patrimoine.

Villefranche-sur-Saône, capitale du Beaujolais depuis le début du 16e siècle, est incontestablement un écrin pour toutes les richesses culturelles du territoire. L’itinéraire de la ville historique vous emmène à la découverte des cours et maisons Renaissance, dont la plupart sont classées ou inscrites aux Monuments Historiques, ainsi que la collégiale Notre-Dame-des-Marais.

Cette visite propose de vous conduire sur les traces d’une ville riche d’un patrimoine généreux en histoires.

Crémieu, capitale de l'Isle-Crémieu

Crémieu apparaît dans l’histoire au 12e siècle. La ville s’implante d’abord sur la colline Saint-Laurent autour du château médiéval.

En 1315, une charte de franchises accorde de nouvelles libertés aux habitants ainsi que d’importants privilèges commerciaux. C’est pour la ville le signal d’une période de prospérité installée pour deux siècles. Les habitants vont alors progressivement quitter la partie haute pour venir s’installer en contrebas, composant ainsi « la ville neuve ».

Au début du 16e siècle, la cité bénéficie de sa position stratégique qu’elle occupe sur l’itinéraire des guerres menées en Italie par les rois de France. Crémieu consolide alors son rôle de centre du commerce des grains entre la France, la Savoie, la Suisse et l’Italie.

Le 17e siècle, des congrégations religieuses prennent possession d’une ville dont l’activité commerciale s’affaiblit. Les Capucins s’installent en 1615, les Pénitents Blancs en 1619, les Visitandines en 1627, les Ursulines en 1633, l’Hôpital Notre-Dame du Reclus en 1675.

Au début du 18e siècle, le déclin de la ville incite les habitants à développer l’industrie textile. Au siècle suivant, Crémieu séduit les peintres amateurs de paysages pittoresques tels que Corot ou Ravier.

Tout près de Lyon, la cité historique de Crémieu conserve dans ses remparts médiévaux un patrimoine architectural intact, témoin de son riche passé historique : château, couvent des Augustins, halle, portes, église Saint-Jean-Baptiste, maisons-échoppes…

Départ : Place du 8 mai 1945
Durée de visite : ≈ 2 heures

Départ : Entrée de la cité (devant l'église)
Durée de visite : ≈ 1 h 30

La cité historique de Pérouges

C’est au 12e siècle que les premières mentions écrites évoquent le « castrum de Perogias », où le seigneur d’Anthon s’enferme pour résister aux troupes de l’archevêque de Lyon. De cette forteresse nous n’avons ni description, ni date de construction.

La cité de Pérouges naît entre la fin du 14e et le début du 15e siècle et est active jusqu’à la fin du 18e siècle. Profitant du passage des marchands sur la route reliant Lyon et Genève la cité est plutôt prospère grâce à ses nombreux artisans, notamment les tisseurs de chanvre.

En 1601 la Bresse savoyarde dont Pérouges fait partie devient française sous le règne d’Henri IV.

La révolution industrielle sonne le glas de l’économie de la cité qui est désertée. En 1911 est créé un comité de sauvegarde et défense du vieux Pérouges afin de restaurer la ville en perdition.

Fort de sa fière allure retrouvée, le bourg historique a accueilli de nombreux personnages issus des milieux artistiques ou politiques, tels Yvonne Printemps, Antoine de Saint-Exupéry, Maurice Utrillo, ou encore, Bill Clinton, alors président des Etats-Unis en 1996.

Le 20e siècle a également fait de Pérouges un de ses plateaux de cinéma préféré : « Monsieur Vincent », « Mandrin » ou « Les Trois Mousquetaires » ont été en partie tournés dans la cité.

Bien ancrée dans son temps, la cité – classée parmi les « Plus Beaux Villages de France » – continue d’éblouir anonymes ou personnages publics – elle est arrivée 4e au classement de l’émission « Le village préféré des français 2013 » – et son histoire n’a de cesse de s’écrire au quotidien.

=> En supplément : possibilité de dégustation de la galette de Pérouges.